Projet Jeunesse
 Contes
ACCUEIL
5 à 12 ans Catégorie
Contes africains

VIH-sida en contes

4 à 8 ans

5 à 12 ans

7 à 13 ans

8 à adultes

Préscolaire


 Rechercher
 

Contes 

5 à 12 ans



Safari-photo

C'est l'histoire d’Arnold, photographe, qui veut, avec son fils Jacques, aller dans la jungle rencontrer son ami Dilton, chercheur sur la vie des chimpanzés.

Si tu lis ou écoutes bien l'histoire, tu verras tout un monde, qu’ils n’attendaient pas, les mettre en grand danger. Ils seront finalement sauvés par la bravoure de Jacques aidé d’un personnage très spécial.

Ce texte, empreint de suspense jusqu’à la fin, mêle la réalité et la fiction pour nous faire vivre intensément les émotions des personnages. Une excellente lecture pleine de rebondissements.

Conte réalisé par des enfants dans le cadre du projet Les jeunes s'approprient leur littérature. Pour en savoir davantage.



Un jour, Arnold, un grand photographe, décide d’entreprendre un safari-photo au pays des chimpanzés. Il demande à son fils Jacques de l’accompagner. Jacques ne se fait pas prier pour accepter, car une journée en compagnie de son père, c’est toujours une belle aventure. « Est-ce qu’on va rencontrer des filles, papa ? » Dit Jacques, qui, tout le monde le sait, aime beaucoup les filles et ne manque pas une occasion de se pavaner devant elles. « J’en doute » Répond Arnold, « car il y a sûrement une majorité de chimpanzés là-bas. Mais nous profiterons de l’occasion pour rendre visite à mon grand ami Dilton qui étudie ces grands singes dans son laboratoire en plein milieu de la jungle. » C’est pourquoi, ils se sont mis en route depuis très tôt le matin.

En arrivant à l’orée de la jungle, ils doivent laisser là leur Jeep, car il n’y a pas de chemin praticable plus loin. Armés de leurs caméras et de leurs appareils photos, ils s’engagent donc courageusement dans des sentiers empruntés par les chimpanzés eux-mêmes et, depuis une heure, ils sont aux aguets et attentifs aux moindres bruits suspects. Tout à coup, ils entendent une voix toute essoufflée qui dit: « Aie ! Aie ! Aie ! » La voix se rapproche de plus en plus. Ils sont soudain presque renversés par ce qu’ils croient d’abord être une petite babouine. Celle-ci s’accroche d’Arnold en disant clairement: « Vite, cachez-moi, défendez-moi. Le roi des singes Kinika est à ma poursuite. »

Bien qu’estomaqué par cette rencontre, Arnold demande à la créature : « Qui es-tu ? Es-tu une humaine comme nous ? Comment se fait-il que tu parles notre langue ? » « Je m’appelle Cindy » répond-elle, encore toute essoufflée. « Kinika, le roi des singes et son armée sont venus attaquer notre maison et ont tué mes parents sous mes yeux », ajoute-t-elle en pleurant et elle continue. « Puis, ils m’ont enlevée et amenée avec eux dans la jungle pour faire de moi leur esclave. »

Arnold et Jacques sont vraiment éberlués par ce qu’ils viennent d’apprendre. « N’aies plus peur, petite Cindy, » lui dit Jacques, l’air important. « Mon père va prendre soin de toi et je te protégerai. » Il n’avait pas fini de dire ces mots, qu’une immense Pyramide se dresse tout à coup à l’orée d’une clairière, sur laquelle ils viennent de déboucher. Arnold aurait pu jurer qu’elle n’était pas là avant ! La Pyramide est tout simplement apparue !

Ils essaient de reprendre leur souffle à l’abri d’un arbre immense au centre de cette clairière. Arnold décide de ne pas s’attarder plus longtemps et de rebrousser chemin pour retourner à leur camion. Soudain, un sifflement se fait entendre et tout le petit groupe s’arrête, de peur qu’un serpent ne soit dans les parages. Mais, ce qui sort du tronc de l’arbre est encore plus surprenant : c’est une fumée qui apparaît ! Cette fumée prend peu à peu la forme d’une jeune femme impalpable qui flotte dans l’air ! Et de cette fumée, sort une voix : « Bonjour, je suis Fanny, la Magicienne. Je crois que vous avez besoin de moi! »

Jacques et Cindy, habituellement très bavards, en perdent la voix ! De son côté, Arnold est de plus en plus éberlué. La Magicienne Fanny continue de parler : « La Pyramide qui est apparue est la demeure de Kinika et de son armée de chimpanzés malfaiteurs. Vous n’aurez pas le temps d’atteindre votre camion, car ils vous rattraperont avant. Je vous propose de me suivre. Vous n’avez pas le choix, si vous voulez survivre. » En même temps qu’ elle leur fait signe de la suivre, le tronc de l’arbre s’écarte et ils s’engagent tous dans un escalier apparu, lui aussi, mystérieusement.

L’escalier les amène très loin sous terre. La descente leur a semblé interminable ! Ils suivent la silhouette vaporeuse de Fanny avec l’espoir qu’elle ne les conduise pas dans des lieux pires que ceux qu’ils viennent de quitter ! Après avoir traversé une suite de salles à moitié éclairées, ils finissent par déboucher sur une pièce qui leur paraît être un immense laboratoire et, oh ! Surprise, venu à la porte pour les y accueillir, se tient Dilton le grand ami d’Arnold ! « Je suis content que Fanny ait pu vous conduire à temps près de moi. » Dit-il. « Oui, grâce à elle, nous sommes sains et sauf ! » Dit Arnold qui n’en revient toujours pas, en cherchant Fanny des yeux. Peine perdue, elle a disparu.

Dilton explique alors à son ami qu’il vient justement de terminer d’importantes recherches sur les chimpanzés. « J’ai mis au point une formule qui rendrait ces grands singes capables de parler et d’apprendre comme des humains. Kinika en a pris quelques gouttes, alors qu’il s’était glissé dans mon laboratoire en suivant Fanny pendant mon sommeil. Kinika voudrait maintenant s’emparer de tout le flacon et copier ma formule dans le but d’asservir tous les humains. C’est Fanny qui me ravitaille et qui me protège. Mais je ne sais pas si je pourrai tenir le coup encore bien longtemps. » Il ajoute : « Il faudrait attraper Kinika avant le coucher du soleil. Après, il sera trop tard. » Les deux amis continuent de parler et ils ne se rendent pas compte que Jacques n’est plus avec eux depuis un bon moment!

Après l’avoir cherché partout, Dilton conclut : « Ton fils a sûrement suivi Fanny. Ne t’inquiète pas, cette magicienne est très puissante et elle veillera sur lui. » En effet, Jacques, dès qu’il avait entendu Dilton dire qu’il fallait attraper Kinika avant le coucher du soleil, avait suivi Fanny qui voulait aller espionner Kinika et les siens dans la Pyramide. Un couloir souterrain reliait les laboratoires et le sous-sol de la Pyramide. En longeant les murs, Jacques, suivant Fanny, arrive dans une immense salle.

Courant le long des murs et s’élevant jusqu’au faîte de la Pyramide, des paliers et des escaliers étaient remplis de chimpanzés s’affairant à transporter le butin volé aux humains. Tout là-haut, un énorme robot lumineux balayait de ses puissants rayons paralysants, les moindres recoins de la Pyramide. C’est terrifiant !

Domptant sa peur, Jacques dit à Fanny la Magicienne : « J’ai une idée, mais il faut que tu m’aides avec une formule magique toute spéciale : il s’agit de transformer les rayons paralysants du robot en rayons désintégrateurs. Peux-tu le faire, belle Magicienne ? » Dit Jacques quand même un peu inquiet. « RATAPLAN, PLAN PLAN ! PAR LE POUVOIR DU SOLEIL, QUE TOUS LES ENNEMIS DE JACQUES FONDENT COMME NEIGE AU SOLEIL ! » Dit Fanny sans attendre.

Jacques se retrouve tout étourdi devant l’Arbre magique, la demeure de Fanny. Celle-ci écarte le tronc et l’escalier apparaît pour laisser sortir Dilton, Cindy et Arnold. Celui-ci est bien fâché contre son fils désobéissant car il a été très inquiet de sa disparition. « Pour cette fois, il vaudrait mieux excuser Jacques. Vous lui devez tous la vie.» Dit Fanny la Magicienne et elle ajoute : « C’est lui qui a imaginé la façon de se débarrasser de Kinika et de son armée. C’est grâce à son courage que vous pouvez encore respirer l’air pur.» Puis, elle disparaît à son tour.

Tout le monde est retourné à la maison, heureux d’être sain et sauf et d’avoir vécu une aventure aussi extraordinaire qui, finalement, s’est bien terminée. Les parents de Jacques ont adopté Cindy et celui-ci fanfaronne devant elle, qui le laisse faire en souriant, trop heureuse d’avoir une nouvelle famille. Probablement que Jacques deviendra un des élèves de Dilton quand il fréquentera l’Université.


PLAN DU SITE |